L’hivernage

Ambiance d'hiver

Les derniers campagnards d’été sont partis avec la rotation finale de l’Astrolabe le 28 février. Le silence, resté en suspens depuis notre arrivée ; effervescence logistique et scientifique oblige ; nous a enveloppé tendrement. Un dernier au revoir, des adieux, le bruit assourdissant de l’hélicoptère qui s’envole une ultime fois, et il ne reste alors plus que 24 êtres humains à des milliers de kilomètres à la ronde, gardiens de la base de Dumont D’Urville et des programmes scientifiques qui y sont menés pendant les huit mois à venir.

Lune

Seuls sur cet archipel ? Jamais. Pendant que les manchots Adélie, les pétrels des neiges, les skuas et les autres espèces d’oiseaux vivant aux alentours de la base se préparaient à déserter les côtes de l’Antarctique, deux silhouettes étrangement familières émergèrent de la tempête le matin du 19 mars. Deux manchots empereurs, porte-étendards de nombreux autres que nous vîmes arriver par colonnes de plus en plus longues au fil des semaines, tantôt sous forme de serpentins glissant inlassablement sur la banquise fraîche, tantôt surgissant juste devant nous de la mer. On les regarde; en retenant son souffle; appréhender les reliefs formés par la neige et le vent, se suivre, s’appeler, s’indiquer les directions pour finalement former au bout de plusieurs semaines une manchotière de pas moins de 8000 êtres. Une véritable colonie, pleine d’espoirs, de vitalité, imposant le respect, hypnotisant le regard et l’esprit.

Mer de Neige

Mer de neige

Là-bas, entre l’île de Lamarck et celle de Rostand, à quelques centaines de mètres de l’île des Pétrels et de la base, cette dernière semble parfois infiniment lointaine. Je deviens amnésique, envoûté par l’instant présent et cette contemplation silencieuse qui m’a possédé dès mon arrivée. Le passé, le futur n’existent plus et même la chaleur du séjour, le repas qui mijote en cuisine et l’ambiance joviale du dîner à venir ne sont plus que de lointaines promesses résonnant à peine, comme un écho lointain. Le soleil flirte avec l’horizon, la neige soufflée danse au gré du vent, le glacier prend des teintes irréelles… Et nous sommes transportés sur une autre planète.

Danse